Seminaire de Hyeon K. Park – UNIST Fusion Plasma Laboratory (Corée du Sud)

Un séminaire animé par

Dr. Hyeon K. Park

professeur au departement de physique du UNIST (Corée du Sud) et directeur du UNIST Fusion Plasma Laboratory

intitulé :

Histoire, science et perspective du développement de l’énergie de fusion

aura lieu vendredi, 27 janvier à 10h30 dans la salle du Conseil – service 322 du laboratoire PIIM (Campus St. Jerome)

Résumé : La longue histoire de la recherche sur les plasmas de fusion est brièvement passée en revue et les leçons pertinentes seront soulignées. Après ces leçons, le facteur commun d’une variété de régimes de confinement améliorés revendiqués dans le plasma de fusion magnétique (par exemple, L-, H-, VH-, Super-H-, I-, Supershot-, High_beta_P-, RS-, ERS-, FIRE-mode, etc. En outre, l’étude des instabilités MHD par un nouvel outil de visualisation 2-D (Electron Cyclotron Emission Imaging system) a démontré la physique des MHD que nous comprenons et ce que nous ne comprenons pas. Sur la base des connaissances empiriques accumulées sur les plasmas de fusion toroïdaux, telles que les lois d’échelle pour le temps de confinement et les produits triples pour la puissance de fusion, une voie complète et efficace pour l’allumage est proposée, ainsi que la perspective d’ITER et la taille limite d’un éventuel dispositif de confinement magnétique compact pour l’allumage.

Bio: Hyeon K. Park est professeur au département de physique de l’UNIST (Ulsan National Institute of Science & Technology) et directeur du laboratoire de plasma de fusion de l’UNIST. Pour plus d’information cliquez ici.

Seminaire de Junji Yuhara – Université de Nagoya, School of Engineering (Japon)

Un séminaire animé par

Dr. Junji Yuhara,

professeur à l’université de Nagoya, School of Engineering (Japon)

intitulé :

Fabrication et caractérisation de matériaux bidimensionnels sur surface solide

aura lieu Mardi, 8 novembre à 15h30 dans la salle du Conseil – service 322 du laboratoire PIIM (Campus St. Jerome)

Résumé : Dans le cadre de mes activités de recherche, j’ai étudié les sujets suivants à l’aide de diverses techniques telles que LEED, AES, STM, LEIS, RBS, PES et ARUPS : (a) adsorbats métalliques binaires sur la surface de Si(111), (b) alliage bidimensionnel sur les surfaces métalliques, (c) composés intermétalliques et quasicristaux d’oxyde métallique, (d) surface d’oxyde et films minces d’oxyde métallique sur les surfaces métalliques, (e) surface d’acier inoxydable monocristallin et (f) matériaux post-graphène du groupe 14. Je passerai en revue certains de ces sujets au cours de ce séminaire.

Bio: Junji Yuhara est actuellement professeur associé au Département des sciences et de l’ingénierie de l’énergie de l’Université de Nagoya. En 1995, il a obtenu un doctorat en ingénierie à l’université de Nagoya, effectuant ses recherches au département de la science des matériaux cristallins. Il a été chercheur invité aux États-Unis, en Autriche et à Singapour. Ses recherches portent sur la synthèse et la caractérisation des matériaux 2D.

Mini-Workshop : “Complex dynamics of plasmas”

Un mini-workshop intitulé:

Complex dynamics of plasmas

organisé par Y. Elskens (PIIM laboratory, Aix-Marseille Université, CNRS) dans le cadre d’un projet CAPES/COFECUB

aura lieu
Lundi, 7 novembre entre 13h30 et 17h20
dans la salle du Conseil – service 322 du laboratoire PIIM (Campus St. Jerome) or by Zoom

Programme du Workshop :

  • 13:30 – 14:10 (30′ talk+10′ Questions/Answers), Nicolas Dubuit (PIIM laboratory, Aix-Marseille Université, CNRS) – “Statistics of transport in the vicinity of lagrangian coherent structures”
  • 14:10 – 15:00 (40′ talk+10′ QA), Ricardo Viana (Univ. São Paulo and Univ. Fed. Paraná, Curitiba) –Fractal escape basins in open chaotic systems”
  • 15:00 – 15:20, Coffee break
  • 15:20 – 16:00 (30′ talk+10′ QA), Matteo Faganello (PIIM laboratory, Aix-Marseille Université, CNRS) – “Kelvin-Helmholtz instability and induced magnetic reconnection at the Earth’s magnetopause”
  • 16:00 – 16:40 (30′ talk+10′ QA), Leonardo Osorio (Univ. São Paulo and Aix-Marseille Univ.) – “Shearless edge transport barriers in L-H transition
  • 16:40 – 17:20 (30′ talk+10′ QA), Dominique Escande (PIIM laboratory, Aix-Marseille Université, CNRS) – Description of magnetic field lines without arcanes”

Résumés :

  1. Nicola Dubuit – Statistics of transport in the vicinity of lagrangian coherent structures: Transport properties of magnetic fluctuations, in particular the role of Lagrangian Coherent Structures, are investigated from a statistical point of view in a sheared magnetic field. It is shown that field lines escape a tube (jet) over a finite length which is independent of tube size. However this escape length is not uniform in a chaotic sea, and in particular is minimum (indicating maximal transport) in the vicinity of Lagrangian Coherent Structures. Combined with the fact that LCS are not fixed but vary, both in time and with the velocities of particles, this could reduce their effectiveness as transport barriers in cases where other transport processes exist.
  2. Ricardo Viana Fractal escape basins in open chaotic systemsThe dynamics of chaotic orbits in non-integrable Hamiltonian systems is mostly determined by the fractal character of the homoclinic tangles. In open systems, the escape basin is the set of initial conditions (in phase space) leading to trajectories exiting the domain of interest through a given region. The escape basin boundary is a fractal curve, which leads to final-state uncertainty, a phenomenon that can be quantified using different techniques. In this talk I will describe some of them, in open Hamiltonian models of systems of interest in plasma physics.
  3. Matteo FaganelloKelvin-Helmholtz instability and induced magnetic reconnection at the Earth’s magnetopause: A 3D two-fluid simulation, using plasma parameters as measured by MMS on 8 September 2015, shows the nonlinear development of the Kelvin–Helmholtz instability at the Earth’s magnetopause. It shows extremely rich dynamics, including the development of a complex magnetic topology, vortex merging and secondary instabilities. Vortex induced and mid-latitude magnetic reconnection coexist and produce an asymmetric distribution of magnetic reconnection events. Off-equator reconnection exhibits a predominance of events in the Southern Hemisphere during the early nonlinear phase, as observed by satellites at the dayside magnetopause. The late nonlinear phase shows the development of vortex pairing for all latitudes while secondary Kelvin–Helmholtz instability develops only in the Northern Hemisphere, leading to an enhancement of the occurrence of off-equator reconnection there.
    Since vortices move tailward while evolving, this suggests that reconnection events in the Northern Hemisphere should dominate at the nightside magnetopause.
  4. Leonardo OsorioShearless edge transport barriers in L-H transition: Shearless transport barriers (STBs) have been extensively studied in several dynamical non-twist systems to control the chaotic transport. Those barriers are associated through the extrema of the rotation number profile and, because of that, they exhibit a strong resistance to perturbations. For magnetized plasmas, ExB drift wave transport models have shown that, on using non-monotonic plasma profiles, STBs can appear to prevent the particle flux. So, considering a tokamak with a large aspect ratio, R>>a, and on using an ExB wave transport model, we study the chaotic transport at the plasma edge when typical radial electric field profiles in LH-transition are taken. We show that, by doing this, STBs appear at the plasma edge and, as the depth of the well-like radial electric field increases, they become more resistant to perturbations, impeding almost any flux to the vessel chamber. In a sense, we show through a description of invariant shearless curves a L-H transition behaviour.
  5. Dominique EscandeDescription of magnetic field lines without arcanes: The action principles for magnetic field lines and for Hamiltonian mechanics are analogous. The first one can be deduced in a pedestrian way from first principles. It makes practical calculations simpler and safer, with an intuitive background. In particular, it is shown that the width of a magnetic island is proportional to the square root of the magnetic flux through a ribbon whose edges are the field lines related to the O and X point of the island. There is some beauty in the approach, which may provide a new pedagogical and intuitive introduction to Hamiltonian mechanics.

Seminaire de Anne Lafosse – Université Paris-Saclay, laboratoire ISMO (France)

Un séminaire animé par

Dr. Anne Lafosse, Professeur à l’Université Paris-Saclay, laboratoire ISMO, Saclay (France)

intitulé :

Quantififier l’incontournable contribution des interactions électrons-films moléculaires supportés – Nanolitographie et astrophysique

aura lieu Mardi, 18 octobre à 14h30 dans la salle du Conseil – service 322 du laboratoire PIIM (Campus St. Jerome)

Résumé : Qu’ont en commun l’enrichissement chimique du milieu interstellaire et les processus de nanolithographie ? Les processus induits par les électrons au sein des films moléculaires déposés, respectivement, sur les grains de poussière interstellaires et sur les substrats à fonctionnaliser.
L’interaction de rayonnements énergétiques (RX, ions, électrons) avec un milieu condensé mène à la formation de bouffées d’électrons secondaires de basse énergie (<20 eV). Ces électrons créés au cœur du milieu irradié participent efficacement à sa modification chimique. Dans l’ensemble des contextes d’applications (astrochimie, dommages radiatifs, nanolithographie), un des enjeux important est de quantifier l’efficacité des processus induits, en termes de rendements, mais également de sections efficaces effectives et de doses requises.
L’approche proposée par le groupe “électrons-solides” est d’étudier directement les effets de l’irradiation électronique sur des interfaces déposées sur substrat en combinant : (i) l’analyse en masse quantitative des neutres désorbant pendant l’irradiation (ESD) et (ii) l’analyse des dépôts avant et après irradiation par analyse programmée en température (TPD) et par spectroscopie vibrationnelle HREELS (High Resolution Electron Energy Loss Spectroscopy).
Deux systèmes seront discutés, en termes de marqueurs quantitatifs extraits :
– la décomposition sous irradiation électronique d’un film d’un composé insaturé halogéné potentiellement intéressant pour le développement de résines lithographiques EUV,
– la désorption non-thermique issue de glaces moléculaires de méthanol CH3OH, avec une interprétation en lien avec les processus d’XESD (X-ray induced electron-stimulated desorption).

Bio : Anne Lafosse est professeure à l’Université Paris-Saclay, laboratoire ISMO. Elle est la cheffe d’équipe de Surface chemistry & slow electrons.

Seminaire de Haruhisa Nakano – National Institute for Fusion Science (Japan)

Un séminaire animé par

Dr. Haruhisa Nakano, Professeur au National Institute for Fusion Science, Gifu (Japan)

intitulé :

Neutral Beam Injection at the stellerator LHD (Large Helical Device)

aura lieu
lundi, 10 octobre à 14h00
dans la salle du Conseil – service 322 du laboratoire PIIM (Campus St. Jerome)

Résumé: L’amélioration de la puissance d’injection du deutérium dans les NBI (Neutral Beam Injectors) à base d’ions négatifs (n-NBI) pour le Large Helical Device (LHD) est rapportée. Le courant électronique co-extrait lors de l’accélération des ions négatifs de deutérium (ions D-) limite la puissance d’injection. Le courant électronique est réduit en diminuant l’espace d’extraction, et le courant D- injecté évalué à partir de la puissance d’injection a augmenté de 46 à 55 A. Une plus grande réduction des électrons a été obtenue en installant une structure appelée ” clôture électronique ” (EF, electron fence), avec laquelle la puissance du faisceau D- a été améliorée avec succès de 2,0 MW à 3,0 MW. La puissance d’injection dans trois configurations – sans clôture électronique, avec une clôture électronique à 5 mm et à 7 mm de la surface de la grille de plasma (PG) – a été comparée dans les deux cas d’opérations d’hydrogène et de deutérium, et il a été constaté que la configuration avec la clôture électronique à 5 mm était la meilleure pour satisfaire aux performances d’injection d’hydrogène et de deutérium. Bien que le courant d’électrons co-extraits soit réduit dans les sources d’ions négatifs appliquées pour JT-60SA et ITER en utilisant le filtre PG, il est possible d’obtenir une réduction plus efficace des électrons en combinant le filtre PG et le EF.

Seminaire de Justin Little – University of Washington (USA)

Un séminaire animé par

Dr. Justin Little, Professeur à l’université de Washington, Seattle (USA)

intitulé :

Mode Transitions in Low-Temperature Aerospace Plasmas

aura lieu jeudi, 14 septembre à 14h30 dans la salle du Conseil – service 322 du laboratoire PIIM (Campus St. Jerome)

Résumé : Les plasmas de laboratoire peuvent connaître des transitions abruptes entre les modes de fonctionnement au cours desquelles la structure ou la dynamique du plasma subissent un changement soudain. De nature non linéaire, ces transitions de mode résultent généralement de l’existence de plusieurs états stables du plasma. Lors du développement de nouvelles sources de plasma, les transitions entre états se produisent généralement de manière mystérieuse et souvent inattendue. Les transitions de mode imprévisibles sont particulièrement problématiques pour la conception de nouvelles technologies aérospatiales basées sur le plasma, comme les systèmes de propulsion électrique. Des modèles détaillés de la physique et de la mise à l’échelle des transitions de mode sont essentiels pour garantir que les nouveaux systèmes se comportent comme prévu dans la plage de fonctionnement souhaitée. Dans cet exposé, je présenterai des recherches expérimentales et théoriques sur la nature des transitions de mode pour deux technologies émergentes. La première technologie est le propulseur à plasma hélicoïdal, un concept de propulsion sans électricité qui repose sur le chauffage et l’accélération du plasma par radiofréquence à travers une buse magnétique. La seconde technologie, la magnétoshell à plasma, est un concept d’aérocapture qui utilise un plasma magnétisé pour générer une traînée sur un engin spatial lors de son entrée dans une atmosphère planétaire. Je terminerai en soulignant le potentiel des nouvelles techniques de science des données pour réaliser des avancées significatives dans la découverte et l’analyse des transitions de mode du plasma.

Bio : Le professeur Little est professeur adjoint au département d’aéronautique et d’astronautique William E. Boeing de l’université de Washington. Il a obtenu une licence en physique et en ingénierie aérospatiale à l’Université de Californie, Irvine, et un doctorat en ingénierie mécanique et aérospatiale à l’Université de Princeton. Les recherches du professeur Little visent à comprendre comment la physique des plasmas à basse température influence les performances et la conception des technologies de propulsion électrique émergentes. Ses méthodes de recherche mettent l’accent sur une relation étroite entre la modélisation théorique d’ordre réduit et la conception d’expériences innovantes pour explorer l’échelle fondamentale de la physique dominante. Il est titulaire d’une bourse d’études supérieures en sciences et ingénierie de la Défense nationale et lauréat du programme de jeunes chercheurs de l’AFOSR. https://www.aa.washington.edu/facultyfinder/justin-little

Seminaire de Audrey Chatain – Universidad del Pais Vasco/Espagne et Southwest Research Institute/Etats-Unis

Un séminaire animé par

Dr. Audrey Chatain, postdoc à l’Universidad del Pais Vasco (Espagne) et Southwest Research Institute (Etats-Unis)

intitulé :

Croissance et évolution d’aérosols organiques dans des plasmas N2-CH4 et N2-H2 pour étudier l’ionosphère de Titan

aura lieu mardi, 5 juillet à 10h30 dans la salle du Conseil – service 322 du laboratoire PIIM (Campus St. Jerome)

Résumé : Le système climatique de la lune de Saturne Titan est gouverné par la production intense d’aérosols organiques dans sa haute atmosphère. Ce phénomène s’est aussi certainement produit sur Terre au moment de l’apparition de la vie. Ces deux points motivent fortement les recherches sur les processus de formation et d’évolution des aérosols dans l’atmosphère de Titan. Les aérosols se forment et restent plusieurs semaines dans l’ionosphère, étendue d’environ 900 à 1200 km d’altitude. Cette région de l’atmosphère est ionisée par le rayonnement solaire UV et des particules énergétiques provenant de la magnétosphère de Saturne. Des espèces plasma très réactives sont ainsi présentes : des radicaux, des espèces excitées, des ions et des électrons. Dans un tel environnement, il est plus que légitime de s’intéresser à l’interaction entre les aérosols organiques et le plasma.

Ce phénomène est simulé en laboratoire, en collaboration entre le LATMOS et le LPP. Des analogues d’aérosols de Titan (appelés ‘tholins’) sont créés dans une décharge CCP RF en N2-CH4. Le carbone de CH4 permet la croissance rapide des grains. Pour étudier séparément les effets de ‘vieillissement’ induits par les espèces formées uniquement d’azote et d’hydrogène, les tholins sont dans un second temps exposés à une décharge plasma en N2-H2. Les observations montrent qu’à la fois les grains et la phase gaz évoluent. Les atomes H et N interagissent chimiquement avec les aérosols. Puis, du cyanure d’hydrogène (HCN) ainsi que d’autres molécules organiques sont éjectées en phase gaz par le bombardement ionique. Ces résultats mettent en évidence une contribution importante des processus hétérogènes dans l’ionosphère de Titan.

Image des tholins tout juste produits dans un plasma N2-CH4 (à gauche) et après exposition à un plasma N2-H2 (à droite).

Bio : Les recherches d’Audrey Chatain se concentrent sur l’atmosphère de Titan, la plus grande lune de Saturne. L’ionosphère de Titan est le lieu d’une production industrielle d’aérosols organiques, d’un intérêt exceptionnel pour l’étude des particules organiques prébiotiques. En thèse, Audrey a conçu une nouvelle expérience permettant d’évaluer l’interaction entre les aérosols organiques et les espèces du plasma de l’ionosphère de Titan. Elle a également étudié l’impact des aérosols sur les populations d’électrons in situ dans l’ionosphère de Titan grâce aux observations de la mission Cassini. En postdoc, Audrey a rejoint l’équipe de la mission Dragonfly (NASA), un drone de 500 kg qui explorera la surface de Titan en 2034. Elle participe à la préparation des sondes de champs électriques – qui permettront notamment de détecter le mouvement d’aérosols chargés à la surface – ainsi qu’au développement des modèles atmosphériques nécessaires au bon déroulé de la mission.

La présentation sera précédée par un petit-dejeuner d’accueil à 10h00.

Seminaire de Chijin Xiao – University of Saskatchewan

Un séminaire animé par

Dr. Chijin Xiao, professeur à l’université de Saskatchewan (Canada)

intitulé :

Etude de l’interaction plasma-paroi à l’Université de Saskatchewan

aura lieu Jeudi, 16 juin à 14h30 dans la salle du Conseil – service 322 du laboratoire PIIM (Campus St. Jerome)

Résumé : La densité de puissance envisagée sur les composants en contact avec le plasma, en particulier sur le divertor, dans les futurs tokamaks, tels qu’ITER, dépassera largement 1 MW/m2. Une densité de puissance élevée endommagera non seulement les composants en contact avec le plasma, mais générera également des poussières contenant du tritium. Pour les tokamaks sphériques compacts à champ magnétique élevé, la densité de puissance est encore plus élevée. L’étude de l’interaction plasma-paroi (PPI) est importante non seulement pour choisir les matériaux de première paroi appropriés, mais aussi pour comprendre le transport des particules de poussière produites par la PPI. À l’Université de Saskatchewan, le tore compact (CT), un plasmoïde à haute densité et à grande vitesse confiné par son propre champ magnétique, et le foyer de plasma dense (DPF), une excellente source de plasma pour produire des faisceaux d’ions à haut flux et à haute énergie dans notre cas, sont utilisés comme sources de plasma pour étudier la PPI sur differents échantillons. Un distributeur de poussière a été conçu et caractérisé pour introduire des particules de poussière dans la décharge du tokamak STOR-M ou pour être incorporé dans les CTs afin d’injecter des CTs contenant de la poussière au cœur des décharges STOR-M. Cet exposé présentera les caractéristiques des sources de plasma utilisées, quelques résultats expérimentaux pour les études PWI, et les plans pour les études de la dynamique des poussières dans le tokamak STOR-M.

Bio :Chijin a obtenu un baccalauréat et une maîtrise en sciences de l’Université des sciences et de la technologie de Chine, à Hefei, et un doctorat en sciences naturelles de l’Université de la Ruhr, à Bochum, en Allemagne, tous spécialisés en physique des plasmas. Il a rejoint le laboratoire de physique des plasmas de l’université de Saskatchewan, d’abord en tant que boursier postdoctoral, puis en tant qu’associé de recherche, avant de rejoindre la faculté du département de physique et d’ingénierie physique de l’université de Saskatchewan. Dr Xiao est actuellement professeur titulaire à l’Université de Saskatchewan.
Les recherches de M. Xiao portent sur la physique et l’ingénierie des plasmas pour la recherche sur la fusion et les applications industrielles, en particulier la production et le diagnostic des plasmas. Au cours de sa carrière, M. Xiao a travaillé sur une variété de dispositifs à plasma, notamment le tokamak STOR-M, les injecteurs à tore compact, le foyer à plasma dense et les dispositifs à plasma RF et micro-ondes. Le Dr Xiao a formé de nombreux PHQ, dont des étudiants en doctorat et en maîtrise, des PDF et un ingénieur de recherche. Le Dr Xiao est actuellement le chercheur principal pour le tokamak STOR-M. Il est l’auteur et le co-auteur de plus de 130 articles de journaux.

La présentation sera précédée par un gouter d’accueil à 14h00.

Seminaire de Laurent Lamy – LESIA, OBSPM, Paris et LAM, Marseille

Un séminaire animé par

Dr. Laurent Lamy, Astronome adjoint au LESIA à l’Observatoire de Paris

intitulé :

Etudier les magnétosphères du système solaire et au-delà à l’aide d’observations radio : de l’exploration spatiale in situ au Square Kilometer Array (SKA)

aura lieu Mardi, 31 mai à 10h30 dans la salle du Conseil – service 322 du laboratoire PIIM (Campus St. Jerome)

Résumé : Les magnétosphères des planètes du système solaire sont le siège de rayonnements auroraux électromagnétiques intenses, observés dans différentes gammes spectrales, et notamment en radio basse fréquence (grandes longueurs d’onde). Plusieurs décennies d’observations radio spatiale in situ (de Viking/Voyager à Cassini/Juno) et sol (comme celles du Réseau Décamétrique de Nançay) de ces objets nous ont permis de comprendre le diagnostic que ces observations apportent pour l’étude et la caractérisation des magnétosphères planétaires. Elles ont également révélé un mécanisme d’émission non thermique commun, l’instabilité Maser Cyclotron électronique, qui permet d’amplifier de manière très efficace des ondes radio polarisées circulairement à partir d’électrons accélérés à des énergies cinétiques de quelques keV dans des régions peu denses en plasma et fortement magnétisées. L’avènement de radiotélescopes géants (comme LOFAR, NenuFAR et bientôt SKA) promet d’élargir considérablement le nombre de magnétosphères détectées, avec déjà quelques dizaines de cas d’émissions radio en provenance d’étoiles, de naines brunes et d’exoplanètes possibles identifiées.

 

Bio : Laurent Lamy est astronome-adjoint au Laboratoire d’Etudes Spatiales et d’Instrumentation en Astrophysique (LESIA) de l’Observatoire de Paris, détaché au Laboratoire d’Astrophysique de Marseille (LAM). Il est spécialiste de l’étude comparée des plasmas spatiaux, des magnétosphères planétaires et des processus auroraux. Il est impliqué scientifiquement dans différents instruments radio spatiaux (Cassini, Juno, JUICE) et sol (télescopes de Nançay, NenuFAR, Réseau décamétrique, LOFAR, SKA).

La présentation sera précédée par un petit déjeuner d’accueil à 10h00.

Séminaire de Sylvain Bertaina – IM2NP/ CNRS / Aix Marseille Université

Un séminaire animé par

Dr. Sylvain Bertaina du laboratoire IM2NP

intitulé Dynamique quantique cohérente des defauts dans les chaines de spin : création et control des qubits de soliton aura lieu Mardi, 05 avril à 10h30 Dans la salle du Conseil – service 322 du laboratoire PIIM (Campus St. Jerome)

Résumé : L’étude de la cohérence quantique est devenue un enjeu majeur pour la réalisation de qu-bit (brique fondamentale de l’ordinateur quantique). Généralement la cohérence quantique des spins électroniques est liée à la dilution de ces spins dans une matrice non magnétique.Cependant une autre approche est possible. Plutôt que de limiter les interactions décohérentes il est possible d’utiliser les fortes corrélations présentes dans une chaîne de spins isotropes. En brisant la symétrie de translation par un defaut non magnétique (par exemple une fin de chaîne ou un défaut d’empilement), celui-ci polarize de nombreux spins autour de lui formant un cluster de N spin mais dont l’état dondamental est S=1/2.  Cet object possède à la fois les propriétés dynamiques d’un spin S=1/2 (et donc d’un qubit) mais sa cohérence est en grande partie contrôlée pour l’interaction d’échange de la chaine.Dans cette présentation je montrerai comment la résonance paramagnétique électronique nous a permis d’étudier la cohérence de cet objet et comment le fort couplage d’échange réduit considérablement l’effet des bains de spins (nucléaire et électronique) sur la cohérence du défaut.

Bio : Dr. Sylvain Bertaina est chargé de recherche au laboratoire IM2NP (Institut Matériaux Microélectronique Nanosciences de Provence) dans l’équipe Magnétisme. Son domaine de recherche porte sur l’étude des propriétés magnétiques exotiques dans la matière condensée.