Nos tutelles

CNRS

Rechercher





Accueil > Français > Laboratoire

Partenaires institutionnels

publié le , mis à jour le

La Fédération a pour mission d’assurer la coordination des recherches menées en France dans le domaine de la fusion par confinement magnétique, dans le cadre du projet ITER, et dans le programme d’accompagnement soutenu par l’Europe (Euratom).

Voir en ligne : www.fr-fcm.fr


A*MIDEX
Le projet A*MIDEX, élaboré par l’université d’Aix-Marseille et ses partenaires en réponse à l’appel à projets « Initiatives d’Excellence » (Idex) du programme Investissements d’Avenir, se situe dans la droite ligne de la création de l’université unique d’Aix-Marseille et procède de la volonté, affirmée par l’université d’Aix-Marseille et partagée par ses partenaires (organismes de recherche et écoles) du site, de renforcer ce dernier en matière d’enseignement, de recherche et de valorisation.

Voir en ligne


Turbulence-Plasma réalise une Consultance au Consorzio RFX :
Programme scientifique du Consorzio RFX
et suivi de l’activité théorie-modélisation.

Voir en ligne : www.igi.cnr.it


GdR propulsion par plasma dans l’espace


GDRi XFEL-Science
The X-ray Free Electron Laser User Community (XFEL-Science) Fostering the X-ray Free Electron Laser User Community in France
Le but de ce GDRi (GDR international), dont le responsable est le professeur Jan Luning du Laboratoire de Chimie Physique – Matière et rayonnement (Univ. Pierre et Marie Curie), est de rassembler les chercheurs de France qui veulent en savoir plus sur les sources XFELs afin de les utiliser dans leurs recherches. Les sources XFELs sont des sources de rayonnement X produites par laser à électrons libres. Pour l’instant, il n’y a pas de telles sources en France mais la communauté des utilisateurs réels et potentiels ne cesse d’augmenter. Le but du GDR est donc de développer cette communauté, de la structurer et de renforcer sa visibilité nationale et internationale.


GDR 3150 Applications des nouvelles sources X et XUV (AppliX)
Le GDR AppliX, rattaché aux Instituts INP et INST2I du CNRS, a été créé le 1er janvier 2008 pour une durée de 4 ans et renouvelé le 1er janvier 2012. Il rassemble une communauté d’une centaine de chercheurs répartis dans 35 équipes de recherche (26 laboratoires) du CNRS, des Universités et du CEA, ainsi que 3 partenaires industriels. Les principales missions de AppliX sont de faire connaître les sources X et XUV couvertes par ce GDR et leur possibilité d’accès à la communauté scientifique ; de promouvoir et faire connaître leurs applications. A terme, et de façon plus large, le GDR doit contribuer à faire émerger et structurer en France une nouvelle communauté d’utilisateurs des sources X pulsées, intenses et brèves, actuellement opérationnelles ou en projet.


L’Institut Laser Plasmas
L’ILP est constitué de trois structures ayant des missions complémentaires :

- le Groupement d’Intérêt Scientifique Institut Lasers et Plasmas (GIS ILP)
- la Fédération de Recherche Lasers et Plasmas (FLP)
- l’Association Lasers et Plasmas (ALP)

[Voir en ligne : http://www.ilp.u-bordeaux1.fr/ILP/Bienvenue.html]


Réseau des Plasmas Froids du CNRS

Ce réseau est rattaché à la Mission pour l’Interdisciplinarité (MI) du CNRS, avec la participation des laboratoires de plusieurs instituts du CNRS et du soutien de la formation permanente de la délégation Midi-Pyrénées.

[Voir en ligne : http://plasmasfroids.cnrs.fr/]


L’équipe CIML est membre du GDR IQFA.
Ce GDR couvre la période 2010-2013 inclus. Ce nouveau GDR, soutenus par les Instituts INP et INSIS du CNRS, regroupe plus de 50 laboratoires participants sur les thématiques de l’information quantique.

Voir en ligne : gdriqfa.unice.fr


L’équipe CIML est un des partenaires de l’équipement d’excellence REFIMEVE+, animé par C Chardonnet, LPL, Université Paris XIII. Le projet REFIMEVE+ - REseau FIbré MEtrologique à Vocation Européenne+ - s’appuie sur une première scientifique mondiale, le transfert longue distance d’une fréquence optique ultra-stable sur un réseau Internet sans perturbation du trafic.

Voir en ligne : www.refimeve.fr



Initié par l’équipe CIML, le réseau de coopération européen IOTA est financé par COST dans le cadre du FP7.
Ce réseau des "trappeurs d’ions" rassemble des thématiques allant de l’interrogation des biomolécules jusqu’aux calculs quantiques avec des atomes uniques en passant par la chimie ultra-froide et la métrologie des constantes fondamentales. Un programme dynamique de workshops et écoles favorise des échanges et collaborations inter-équipes. Des bourses de recherche collaborative pour les jeunes chercheurs sont un moyen important de créer des liens solides.
Fondé par plus de quarante groupes européens, le réseau est très ouvert, il s’étend actuellement hors Europe sur plus de vingt pays.

Voir en ligne : www.cost-iota.org // Contact


L’institut Carnot STAR « Science et Technologie pour les Applications de la Recherche », regroupe 13 laboratoires de recherche académiques. Il propose des approches interdisciplinaires et intégrées, s’appuyant sur de la recherche fondamentale d’excellence. Une originalité portée par l’institut Carnot STAR réside dans l‘implication potentielle des Sciences Humaines et Sociales dans les projets partenariaux, ainsi qu’à fort enjeux sociétaux.

[Voir en ligne : http://www.instituts-carnot.eu/fr/institut-carnot/star] //


Le pôle de compétitivité OPTITEC fédère les acteurs de la photonique et de l’imagerie dans les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Languedoc-Roussillon, il regroupe des PME très innovantes, des grands groupes intégrateurs et des partenaires académiques de premier plan. Le Sud de la France est l’une des régions européennes la plus riche dans ce domaine et offre un éventail de compétences : depuis le microcomposant optique au traitement d’images, de la source de lumière au détecteur, de la transmission de données par fibres optiques aux lasers, de la lunetterie à l’instrumentation optique complexe, des télécommunications au spatial ou au médical.

[Voir en ligne : http://www.pole-optitec.com/] //


Capenergies, énergies non génératrices de gaz à effet de serre.
Créé à l’origine en régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse, le pôle Capenergies rassemble aujourd’hui 400 acteurs de l’industrie, de la recherche et de la formation des régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Corse, Guadeloupe, Réunion et de la Principauté de Monaco.

9 domaines énergétiques :
La Maîtrise de la Demande en Energie, le Solaire, l’Eolien, l’Hydraulique les Energies Marines et la Géothermie, la Biomasse et les Bioénergies, l’Hydrogène et le stockage de l’énergie, le Couplage et Intégration des systèmes énergétiques, la Fission, la Fusion.
Capenergies s’est positionné dès son origine sur le développement et le déploiement de systèmes énergétiques permettant de fournir des solutions concrètes au nécessaire remplacement des énergies fossiles. Ces systèmes énergétiques du futur, basés sur les analyses des besoins et des ressources énergétiques de chaque territoire, intègreront diverses solutions correspondant :
. à la maîtrise de la demande en énergie dans le bâtiment, les équipements, l’industrie et le transport,
. à des énergies primaires renouvelables,
. à des énergies primaires nucléaires,
. au stockage de l’énergie,
. à des architectures énergétiques locales réparties sur les territoires,
. à une gestion dynamique de l’offre et de la demande.

[Voir en ligne : http://www.capenergies.fr/index.php?Accueil] //