Nos tutelles

CNRS

Rechercher





Accueil > Français > Actualités

Le carbone de Tchouri nous en apprend plus sur l’apparition de la vie sur Terre

par Rostang Eric - publié le , mis à jour le

Le carbone de Tchouri nous en apprend plus sur l'apparition de la vie sur Terre

Des analyses infrarouges ont révélé la présence de composés aliphatiques organiques sur Tchouri, la comète étudiée par la mission Rosetta. Une pièce supplémentaire pour comprendre comment la vie a pu apparaître dans l’Univers. Ces nouvelles données ont été acquises par l’instrument VIRTIS. Vassilissa Vinogradoff, de l’équipe ASTRO a notamment participé à cette étude avec des collègues italiens.

Plus de trois ans après la fin de sa mission, la sonde Rosetta continue de livrer ses secrets au compte-gouttes. Dans une étude publiée le 13 janvier dernier dans Nature Astronomy des chercheurs mettent en évidence la présence de carbone aliphatique sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, plus simplement connue sous le surnom de Tchouri. En soi, ce n’est pas un grand bouleversement puisqu’une étude datant de fin 2017 avait déjà mis en évidence la présence de carbone dans les grains éjectés de la comète. Mais ici il y a tout de même plusieurs choses à retenir.

Tout d’abord, ces analyses sont beaucoup plus fines que les précédentes qui avaient été publiées peu de temps après la fin de la mission. L’équipe de scientifiques a travaillé sur les données récoltées par l’instrument VIRTIS, un spectromètre qui a la particularité de travailler dans l’infrarouge ce qui peut donner une bonne idée des composés qui se trouvent à la surface de la comète. La signature du carbone s’est donc retrouvée sur la quasi totalité de la surface de Tchouri. Il faut préciser que cela ne donne pas d’indication sur la proportion de carbone de la comète, simplement sur ce qui se trouve à la surface.

Voir en ligne : La suite en lisant l’article

Post-scriptum :

Communiqué de presse du CNRS